Daniel Pouzadoux a reçu les insignes de Chevalier des Palmes académiques des mains de Gérard Besson ancien recteur (photo FAV ©)
sur-titre Fondation Varenne

Les Palmes académiques à Daniel Pouzadoux

Publié le

Jeudi 21 février, dans les salons parisiens de la Fondation Varenne, en présence des membres du conseil d’administration, Daniel Pouzadoux s’est vu remettre les insignes de Chevalier dans l’Ordre des Palmes académiques. Il a reçu cette distinction des mains de Gérard Besson, ancien recteur et ancien président d’université qui s’est félicité à rappeler tout le travail et toutes les actions menés et accomplis par le président de la Fondation Varenne en matière d’Éducation aux médias. Une reconnaissance saluée par tous les administrateurs et les collaborateurs de la Fondation Varenne.

Natif de Chamalières dans le Puy-de-dôme, Daniel Pouzadoux commença sa carrière professionnelle comme journaliste au journal La Montagne de 1968 à 1972. Il rejoint la Caisse centrale de coopération économique avant d’intégrer le cabinet de Valéry Giscard d’Estaing président de la République, en 1974. Il poursuivra ensuite une longue carrière au sein de l’Agence Française de Développement où il occupera de nombreux postes, dont celui de directeur de la communication et de l’information. Un poste qui l’amènera à représenter les hautes instances de l’État aux quatre coins du monde et notamment à Papeete, Rabat, Bruxelles, etc. En 1988, à la retraite, il devient président de la Fondation Varenne et entame une deuxième carrière bénévole mais très active où il n’aura de cesse, aux côtés de Philippe Page, directeur général, de développer et de faire rayonner les missions statutaires de la Fondation Varenne : l’appui à la profession de journalisme, l’éducation aux médias et assurer la pérennisation de l’œuvre d’Alexandre Varenne sur la démocratie, la paix et la liberté de la presse.

C’est pour toutes ces raisons qu’il a été fait chevalier dans l’ordre des palmes académiques, seul ordre impérial créé en 1808 qui existe encore aujourd’hui. Pour mémoire l’ordre de la Légion d’Honneur a été mis en place par le premier consul Bonaparte.

 

 

Articles associés