Inédit ! Le Coffret Alexandre Varenne "Notes & souvenirs d'un républicain engagé
sur-titre Nos missions > Valorisation de l’héritage Varenne > Fonds Varenne

Fonds Varenne

La Fondation Varenne, dans le cadre des cent ans du journal La Montagne créé par Alexandre Varenne, publie un coffret exceptionnel rassemblant la transcription exacte des carnets de Varenne que le Professeur Conord, historien, a explicité et remis en perspective. Inédit !

Nous souhaitons que ce Journal d’un républicain engagé apparaisse comme l’hommage mais aussi comme l’illustration de sa mission, de la Fondation Varenne à la mémoire de celui dont elle porte le nom, qui a eu la joie de « voir reverdir l’arbre de la Liberté » comme il l’espérait un jour sombre de septembre 1941, en plein cœur de la tourmente mondiale pendant laquelle le juriste rigoureux, le journaliste talentueux et le républicain passionné qu’il était a su comprendre le réel sans perdre l’espoir d’aller à l’idéal, pour reprendre une formule fameuse du Discours à la jeunesse de Jaurès, le seul maître qu’il se reconnaisse.

Journal d’un républicain engagé « Notes et souvenirs »

Alexandre Varenne, avocat, député du Puy-de-Dôme, maire de Saint-Éloy-les-Mines, gouverneur général de l’Indochine, ministre d’État, fondateur du journal La Montagne le 4 octobre 1919, choisit de « briser sa plume » en 1940 afin de ne plus avoir à publier dans un pays placé sous occupation et dirigé par une dictature. Il réserve dès lors ses réflexions écrites à l’intimité de son journal, qu’il tient en 1941, 1942 et 1944.
Dans ce document exceptionnel par son ampleur (quatre volumes) et l’acuité de ses observations, Alexandre Varenne consigne ses rencontres avec de nombreux acteurs du régime de l’État français ainsi qu’avec des opposants plus ou moins discrets puis avec les autorités issues de la Libération, mais rend compte aussi des nombreuses réunions auxquelles il participe avec les autres patrons de presse, également soumis à la censure et aux difficultés économiques. Il profite de cet espace pour relater ses mémoires de la IIIe République, son compagnonnage avec Jaurès, les débuts de L’Humanité... ainsi que son expérience indochinoise (« la clairière de [sa] vie » considère-t-il).
Dans ce texte où se mêlent tout à la fois sa formation de juriste, son métier de journaliste et sa pratique de la politique, Alexandre Varenne envisage enfin la réforme des institutions françaises afin de reconstruire au lendemain du conflit un pays plus juste et apaisé.
Par la variété des sujets abordés autant que par la liberté de ton qui le caractérise, ce journal d’un républicain fidèle,  patriote convaincu, constitue un apport remarquable à nos connaissances sur les institutions politiques françaises, la Seconde Guerre mondiale et le monde de la presse au XXe siècle.

(A Lire prochainement)
L’entretien réalisé
par Bernard Stéphan avec l’historien Fabien Conord
Le Professeur Fabien Conord, historien, a explicité et remis en perspective les cartes de d’Alexandre Varenne. Un travail remarquable ! (photo Michel Wasielewski ©)
*En Vente à partir du 4 octobre*

A Clermont-Ferrand, Journal La Montagne – Espace Fondation Varenne (DRH rez-de-chaussée) 45, rue du Clos-Four
et/ou En ligne ICI