Marguerite et Alexandre Varenne
sur-titre Qui sommes-nous ? > Notre histoire > A l’origine de la Fondation

A l’origine de la Fondation

Mon souhait ardent est de réaliser la Fondation Varenne. Ceci a pour moi une valeur morale et philosophique

Marguerite Varenne

La Fondation de Varenne a été créée de par la volonté de Marguerite Varenne épouse d’Alexandre Varenne fondateur du journal La Montagne. Voici l’extrait du texte fondateur de Marguerite Varenne lors du conseil d’administration du journal La Montagne du 1er juin 1989.

«… La Fondation Varenne est pour moi source de sérénité. Je l’ai voulue et elle devient le principal pilier de la pérennité du journal La Montagne et du groupe Centre-France. Dorénavant, je n’ai plus d’angoisse pour son avenir et ne crains plus les convoitises, tant financières que politiques… »

Tels sont les premiers mots de Marguerite Varenne annonçant son souhait de créer une Fondation.

« Le 1er juin 1989, poursuit Marguerite Varenne, est une date particulièrement importante à mes yeux, qui voit enfin réalisée cette Fondation longtemps souhaitée, pour le journal « La Montagne » car la Fondation Alexandre Varenne est un gage de sa pérennité future.

» Vous, administrateurs du journal , êtes les garants de l’avenir de la Fondation Alexandre Varenne et Marguerite Varenne pour La Presse et la Communication qui  devient le principal pilier de l’avenir du journal La Montagne  et du Groupe  Centre- France.

» La Fondation mènera des actions pour le bien de tous, et sera toujours digne de la reconnaissance d’Utilité Publique que le gouvernement a bien voulu lui décerner en octobre 1988.

» Ma gratitude, vous le comprendrez va, tout d’abord vers mon mari, Alexandre Varenne. Le journal « La Montagne » est son enfant, il l’a créé et a su lui donner ses lettres de noblesse et de fierté. Il a su, également, préparer l’avenir en s’entourant d’hommes de confiance.

» Ma gratitude va naturellement aussi à tous ceux qui ont préparé cette reconnaissance d’utilité Publique.

» Je veux que chaque femme et chaque homme qui a travaillé, qui travaille ou qui travaillera au journal « La Montagne » sache que mon seul but a été d’œuvrer pour le bien de tous, pour la pérennité du Journal et le maintien de l’esprit d’Alexandre Varenne.

»Ceci a pour moi une valeur morale et philosophique. C’est pourquoi je souhaite que ce texte fondateur soit connu.»