Les lauréats du concours Les Jeunes paix (crédit photo FAV ©)
sur-titre Education aux médias

Pluie d’étoiles pour la remise des prix aux Jeunes pour la Paix

Publié le
De gauche à droite : Les généraux Alexandre d’Andoque de Sériège, Daniel Ménaouine, et Elrick Irastorza accueillis par Daniel Pouzadoux, président de la Fondation Varenne crédit photo FAV c)

Le concours « les jeunes pour la paix » lancé en septembre 2018 par la Direction du service national et de la jeunesse du ministère des Armées et la Fondation Varenne avec l’appui technique de Milan Presse a connu son épilogue, vendredi 28 juin 2019, à Paris, par la remise des prix aux lauréats en présence de nombreuses personnalités… très étoilées.

Un concours ouvert aux « décrocheurs », encadrés par le réseau des réservistes de l’armée

Cent ans après la date anniversaire du Traité de paix de Versailles, la Fondation Varenne accueillait vendredi 28 juin les lauréats du concours « Les jeunes pour la paix » dans ses locaux parisiens. Daniel Pouzadoux, président de la Fondation Varenne était à cette occasion entouré du Général d’armée Elrick IRASTORZA, président de la Mission du Centenaire, du général de corps d’armée Daniel MÉNAOUINE, directeur du service national et de la jeunesse et du général de brigade Alexandre d’ANDOQUE de SÉRIÈGE, directeur du musée de l’Armée, à Paris.

Le message de Geneviève Darrieussecq

La cérémonie débutait par la diffusion d’un message une vidéo de la Secrétaire d’État auprès de la ministre des armées, Geneviève DARRIEUSSECQ, marraine du concours : « Bravo à tous les lauréats et aux réservistes qui les ont encadrés pour mener ce beau projet du concours Les jeunes pour la Paix » et de conclure «Faire la guerre est difficile, mais faire la paix, plutôt l’entretenir, est plus difficile, alors nous avons besoin de tous ».
Le Général Daniel MÉNAOUINE s’est félicité du succès indiscutable de ce concours fortement porté par ses services qui a vu le retour de certains jeunes à une vie sociale « plus classique ». Il a souhaité que dans l’avenir cette action génère de nouvelles initiatives allant dans cette direction, qui est un bon complément au SNU récemment mis en place. Plus globalement, l’opération « les jeunes pour la paix » a donné lieu pendant l’année à diverses manifestations organisées par les partenaires dont l’armée bien sûr et, notamment, France Télévision.
Dans les huit zones de défense et de sécurité, les réservistes locaux à la jeunesse et à la citoyenneté et les réservistes citoyens du ministère des Armées ont accompagné les décrocheurs tout au long de ce projet d’éducation à la citoyenneté. S’appuyant sur leurs réseaux, les réservistes ont notamment sollicité les unités militaires et avec des guides conférenciers de l’ONACVG, ont initié des rencontres avec des anciens combattants, des témoins indirects de conflits mondiaux ou encore avec des autorités institutionnelles.

Le jury du concours a décerné cinq prix parmi les 98 dessins et 28 clips vidéo sur le thème de la paix
  • Dans la catégorie individuelle, dessin :

    • 1er prix :  Séma AKTURK du centre social Stéphane Hessel à Nevers (notre photo);
    • 2nd prix :  Alaa OTHMAN, élève de l’école de la deuxième chance de Grenoble ;
    • prix spécial du jury a été décerné à l’unanimité à Monsieur Camille LABBE, rattaché à l’Union française des œuvres laïques d’éducation physique (la Réunion) (notre photo).
  • Catégorie collective, production audiovisuelle :

    • 1er prix : groupe conduit par Marjorie DUC, animatrice au bureau information jeunesse de Sainte-Livrade-sur-Lot (dans le département du Lot-et-Garonne) (notre photo).
    • 2nd prix : groupe conduit par Murielle RICHARD, assistante de formation à l’école de la deuxième chance de Lorraine, à Longwy.

Le Général Elrick IRASTORZA a conclu cette remise des prix en soulignant qu’il s’agissait là de la dernière manifestation de la Mission du Centenaire, longue et passionnante aventure de plus de 4 ans. Il a souhaité qu’au travers des milliers de manifestations organisées en France et dans le monde, les jeunes français et ceux des pays concernés, au-delà l’aspect mémoriel, soient les gardiens vigilants et actifs de la démocratie et du vivre ensemble, meilleurs antidotes au retour toujours possible de conflits.

Bravo à tous ces jeunes !